Comment l’aurais-je su.. si je n’étais pas né ?

Telle est la blague facile qu’on retrouve dans tous les jeux télévisés, qu’il s’agisse d’une chanson mondialement connue de Maurice Chevalier, de l’assassinat de Martin Luther King ou de la chute du mur de Berlin …

Il aurait été encore plus cruel de les faire se souvenir de La Fontaine et de ce que nous avons pour notre part toujours su du  Loup et de l’Agneau.

Cette indifférence des jeunes adultes pour ce dont ils n’ont pas été directement informés trouve son écho dans le peu d’intérêt des enfants d’aujourd’hui pour les siècles passés.

Certes, on peut leur reconnaître des circonstances atténuantes dans le fait que la fantaisie des programmes leur ait fait connaître les châteaux-forts avant les pyramides , bousculé la chronologie des rois de France et mélangé les épisodes des dernières guerres mondiales .

Le résultat est là : non seulement ils ignorent l’histoire mais ils affichent à l’ égard de ce qui est en fin de compte leur histoire un mépris tel qu’on finit par se demander s’ils n’ont pas le sentiment d’avoir atterri sur notre planète dans une soucoupe spatiale .

Et ceci ne concerne pas seulement l’histoire officielle :

Je connais des élèves d’une école d’arts graphiques qui boycottent les cours d’histoire de l’art, comme s’ils étaient tombés tout équipés dans l’univers virtuel, oublieux de ce qu’ils pouvaient devoir aux peintures rupestres de Lascaux ,aux fresques de la Renaissance Italienne voire ,pas si loin de nous, à un certain Picasso.

Je n’aurais peut-être pas attaché une telle importance à ce désintérêt vis-à-vis de l’histoire ancienne ou récente si je ne m’étais aperçue qu’il procédait de quelque chose de plus profond :

soit l’incapacité de s’inscrire dans cette chaîne généalogique qui donne tout son poids à l’existence individuelle ..comme si les quelque 80 années de notre espérance de vie ne prenaient pas toute leur dimension des siècles, voire des millénaires qui les avaient précédées…

Personnellement, j’ai très peur pour nos enfants de cet appauvrissement qui risque de les trouver fort démunis une fois épuisés les divertissements de la science fiction et de la 4ème dimension .

Ne devrait-on pas lancer un appel aux professionnels de l’histoire mais aussi aux parents de ces enfants-là pour qu’ils essaient de leur redonner s’il n’est pas trop tard, le goût de se souvenir ,y compris de ces années-là où « ils n’étaient pas nés » ?

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire