Être psy, aujourd’hui et demain

 

Nous avons passé une bonne partie de cet été bizarre à observer ce qui, de nous ou de nos patients, avaient bien pu changer, nous incitant à une nouvelle façon d’envisager « notre métier de psy ».

 

Un nouvel automne est venu, le second de cette période incertaine, nous laissant tout aussi peu sûrs de nous ,de notre avenir et surtout de ce que nous devions faire pour qu’il ait un sens , pour nous, et ce métier qu’envers et contre tout, nous avions choisi.

La première image qui m’est venue, et elle n’est pas réjouissante, est celle du « Radeau de la Méduse », avec ces naufragés qui, ne cherchant à quel vent se vouer, essaient les uns les autres, et surtout sans se soucier les uns des autres de « sauver leur peau ».

 

Pourtant, les choses ne vont pas si mal. On essaie même de nous persuader-les élections présidentielles approchant- qu’elles vont plutôt mieux. L’ensemble de la population ayant été vaccinée, le spectre de l’épidémie s’éloigne …si ce n’est qu’à la condition de nous soumettre chemin faisant à une nouvelle série de doses qui nous assure ,au moins pour l’instant ,une certaine pérennité .

Donc, le problème n’est pas là : le problème est dans ce sentiment d’être entrés, et pour un temps non appréciable, dans cette zone d’incertitude dont nous ne savons si nous sortirons un jour et dans quel état.

Or, quoi de plus insupportable, pour les humains que nous sommes, que cette façon de ne pas savoir de quoi notre futur sera fait, et de quelle façon nous pourrons y naviguer ?

Pour revenir à notre métier de psy, quel sens lui donner, alors que nous ne savons pas à quelles demandes nous aurons à répondre et en quoi nous serons habilités à le faire.

 

Voici donc pour être claire, le questionnement auquel je me préparais à répondre , ne serait-ce que pour ne pas avoir l’air de m’y dérober.

La 1ère idée qui m’est venue a été de vous écouter, si ce n’est que vous ne demandiez rien …si ce n’est qu’un conseil, mais un conseil pour quoi faire ?

La 2ème était que je n’avais pas grand’chose à vous apporter de nouveau, si ce n’est qu’après le « Connais- toi toi-même » socratique, l’essentiel semblait avoir été dit .

Restait alors cette 3ème voie qui, elle, n’a pas vieilli, et qui, derrière cette capacité d’écouter l’autre, derrière même ce qu’il a à nous dire peut, nous suggérer ce que nous pouvons faire pour l’aider :

C’est peut-être ce que nous avons failli oublier à travers nos théorisations et leurs applications diverses.

Ce pourquoi nous nous proposons, ignorant le savoir qui a pu nous encombrer de :

-revenir à une approche clinique de nos patients

-interpréter ce qu’ils n’ont pas su nous dire et répondre à la demande qu’ils n’ont pas pu formuler .

Ce pourquoi vous retrouverez, à travers la nouvelle série de podcasts que nous vous proposerons cet automne :

-quelques exemples qui nous ont paru caractéristiques de la « saison »

-les approches que l’expérience nous a permis de leur offrir

-et enfin les ouvertures que cette étrange incertitude nous a permis d’entrevoir

Voici donc, au choix, la liste des thèmes traités :

 

1° Le choix d’une vie

-un métier

-une vocation

-un projet

 

2° Les approches possibles

-le renouveau analytique

-la thérapie émotionnelle

-les thérapies associées

 

3° Les ouvertures

-l’écologie et la planète

-notre place dans l’histoire

-les ingrédients du bonheur

 

Pour faire plus ample connaissance et mieux comprendre notre approche , Il vous suffira d’écouter la nouvelle série de podcasts animée par Michèle Declerck, docteur en psychologie ,psychanalyste et sophrologue qui sera présente sur Spotify dès à présent .

-

Nous pourrons dès lors :

-vous proposer de participer à nos groupes de paroles

-vous rencontrer pour des projets de développement personnel

-échanger des projets d’écriture ou de réflexion philosophique …

Contacts :micheledeclerck@gmail.com ou 06 03 55 92 94 Paris 5ème.

A bientôt .

Les commentaires sont fermés.