La reprise…Quelle reprise ?

A vos masques, prêts, partez…

Plus facile à dire qu’à faire, alors que nous étouffons sous nos masques improbables dont nous ne savons toujours pas à quoi ils nous servent ni combien de temps nous aurons à les supporter.

Quant à la reprise, les perspectives sont plus que jamais partagées entre les restaurateurs qui essaient tant bien que mal d’étendre leurs terrasses, les collégiens qui vont retourner en classe sans trop y croire, et les profiteurs du confinement qui ne savent trop ce qu’ils vont devoir regretter, du chômage à temps partiel ou du télé travail…

Tout ce qu’on sait, c’est que l’humeur est maussade, que le temps se gâte et que les gestes barrières n’ont jamais aussi bien porter leur nom si l’on observe la suspicion systématique à laquelle la distanciation sociale (encore un des néologismes générés par la « crise ») a prêté le sien.

D’où l’idée de consacrer le retour de nos groupes de paroles à la confrontation de ce que nous avons pu-les uns et les autres-retenir de cette étrange période, qui promet pour l’instant d’être interminable :

- le confinement ,avec ce qu’il a pu représenter de retour à une protection quasi-infantile et d’irresponsabilité.« Restez chez vous .. »

- le déconfinement , avec ce qui aurait pu passer pour une libération s’il ne s’était accompagné de mesures discriminatoires qui ressemblaient à des punitions avant l’heure

- enfin, ce reconfinement brutal qui ne pouvait apparaître pour les régions touchées et en particulier l’Ile de France que comme une mesure injuste, discrétionnaire et que nous n’avions pas méritée.

Il apparaît clairement que ces 3 étapes ont pu être vécues de façon très différentes selon les individus et surtout les conditions dans lesquelles ils les ont vécues .Ce sera donc la 1ère partie de nos investigations .

La 2ème partie s’inscrit dans le registre des perspectives :

Qu’est-ce qui nous attend pour demain.. ?

Le retour d’une nouvelle vague ,qu’on nous promet souvent comme une punition à nos « incartades »  ?

Ou l’installation dans une pandémie à long terme où il faudra nous apprendre à vivre avec le virus , et pour une durée insoupçonnée ..

Ou encore cette « guerre » avec ce qu’elle implique d’informations et de désinformations, de bataille entre les laboratoires pharmaceutiques mondiaux et ce qu’elle implique de concurrence intéressée ,loyale ou pas.

Dans tous les cas, pour les individus démunis que nous sommes tous plus ou moins, c’est la fin d’une certaine sérénité et des plans à long terme.

D’où la question ,à laquelle nous nous étions déshabitués :Comment réenvisager ses projets, sa vie professionnelle ,l’avenir de nos enfants, dans cet univers d’incertitudes ?

Quant à la 3ème partie , plus « philosophique » ,elle porte sur notre attitude face à l’existence « en général »

Qu’est-ce que cette expérience nous a appris , face aux autres , aux rivalités et aux solidarités ,à la fragilité humaine, à notre histoire et peut-être au sens -ou au non sens du monde ?

Ce peut paraître ambitieux , mais c’est peut-être le moment ou jamais de se poser ce genre de questions .

Toutes les opinions sont permises. Nous vous attendons pour en débattre : les 4 et (ou) 11 septembre, à partir de 19H ,au 77 rue du Cardinal Lemoine Paris 5ème.

Réserver auprès de Michèle Declerck 06 03 55 92 94

Ou micheledeclerck@gmail.com

Pas de conditions particulières : à chacun selon ses moyens

Les commentaires sont fermés.